vendredi 5 septembre 2014

La valeur du travail

Mon almanach me donne la citation du jour :
« C’est le travail qui donne de la valeur à toutes les choses qui n’existent pas en dehors de lui. » Rifa Al Tahtawi, intellectuel égyptien, 1801-1875
Vous qui créez vous le savez bien. Vous transformez les matières brutes à partir de votre imagination et avec vos mains vous en faites un trésor. Je ne parle pas uniquement pour les lapidaires et autres tailleurs de diamants. Prendre du bois et en faire une chaise ou un meuble à tiroirs, prendre des fils colorés et en faire une broderie ou un tricot, prendre du cuir et en faire une chaussure, quoique vous utilisiez et quelque soit votre savoir-faire, ce qui sort de vos mains a une grande valeur.


C’est une part qui est difficile à estimer, la valeur du travail. Celles et ceux qui aimeraient vivre de leur passion et créer leur entreprise le savent bien. Cette valeur fait partie du prix de revient à partir duquel on calcule le prix de vente. Mais c’est aussi la plus difficile à évaluer. Est-ce le temps de travail multiplié par le taux horaire du salaire minimum moyen ? Doit-on y ajouter un coefficient de niveau de diplôme ou d’expérience ? Doit-on se baser sur le salaire moyen ou sur la notoriété ?

Pour correspondre au prix du marché, on a tendance à baisser la valeur du travail ; quel dommage ! Beaucoup de gens n’ont plus la notion de cette valeur, leurs références étant celles de la grande distribution et de la surproduction. Est-ce une raison pour sous-évaluer le produit de nos mains, de peur de ne pas vendre ? Ces gens savent-ils encore apprécier le bon travail, le temps passé à transformer des matériaux et des fournitures en quelque chose d’unique, même s’il s’agit d’un objet usuel ?


Le cadeau que j’apprécie le plus est celui qui a été fait par celui qui me l’offre. Car je pense que c’est ça la vraie valeur du travail : c’est le prix de l’amour, c’est le prix du cœur. Peut-être en trouverez vous le prix élevé, mais il dit tout l’amour de l’artisan pour vous.