lundi 23 février 2015

Ma redingote (Quatrième partie)


Voilà, ma redingote est terminée. Elle a des manches, une doublure et de jolis boutons. Un vrai vêtement d’extérieur !

Une seule épaulette par épaule bien sûr!
Monter les manches n’était pas trop difficile. J'ai conservé une manche tailleur et une épaule modernes. Pour la tenue de l’épaule, j’ai utilisé une épaulette mousse et feutre pour qu’elle ne soit pas cassante. Les épaulettes de mousse modernes sont très bien si ce n’était le bruit désagréable qu’elles font quand on les plie ou qu’on vous pose une main sur l’épaule. La qualité passe aussi par le son parfois !

Dommage pour le raccord de rayures!
Poser la doublure a été un peu difficile, surtout au niveau du pli couché dans le dos. On a beau avoir beaucoup d’expérience, on trouve toujours à apprendre. Ma leçon du jour aura été de ne plus changer une coupe prévue pour une fente en pli couché. Le fond de pli a été problématique lors du doublage ! J’ai trouvé une solution que je n’ose pas vous montrer. Je pense supprimer le pli plus tard si cela ne me satisfait pas à l’usage. Si je devait refaire ce vêtement, je ferais une fente au milieu du dos comme tout le monde. ;)

Bouton et boutonnière
J’ai fait douze boutonnières à la main. C’est de la broderie de longue haleine (environ 1 heure par boutonnière) ; pas facile sur le velours. Comment trouvez-vous mes boutons steampunks ? Pas mal, non ? Puisqu’on parle de boutonnières, elles sont toutes fonctionnelles. Je les fais ainsi pour multiplier les possibilités de boutonnages. Cela m’amuse ! ;)
Jeu de boutonnages


Ainsi se termine la base victorienne de ma tenue. Je regrette d'avoir manqué de tissu pour faire les raccords à l'empiècement dos (on ne réussit pas toujours à faire ce qu'on veut :(). Je suis content d’avoir réussi à reproduire les volumes historiques en changeant la coupe. C’est mon côté « punk » de ne pas reproduire les classiques. Malgré tout, le résultat fait très époque, ce qui me satisfait. Reste à accessoiriser pour rendre cette tenue plus steampunk. D’autres articles en perspective donc.